Prague

with 5 commentaires
DCIM101GOPRO
Avec ce qui me restait de nourriture j’ai pu rejoindre Prague, après avoir passé la nuit à la belle étoile, en haut d’une colline (il faisait beau, je pouvais facilement surveiller mon vélo, et je n’ai pas eu à monter la tente). Je suis parti au lever du soleil et suis arrivé au matin dans la capitale tchèque. Prague est une ville magnifique mais les longues distances sur les pavés ne sont pas très bonnes pour le vélo et les sacoches.
J’ai passé une formidable journée à l’école internationale. J’ y ai rencontré 2 classes de Français puis la totalité du collège lors d’une assemblée générale où j’ai expliqué les méfaits du gaspillage alimentaire. Bien que les derniers jours avaient été difficiles, les encouragements des élèves, des enseignants et du proviseur m’ont largement fait oublié la fatigue et les difficultés des jours précédents. Le midi, j’ai pu manger les excellents restes de la cantine dont une petite partie va aux poules de l’école et aussi dans un compost.
L’après midi, je suis allé, dans une classe de CE2, rencontrer des élèves aussi soucieux de réduire cette nourriture gâchée que curieux de savoir comment je vivais au quotidien, depuis mon départ.
J’ai passé les 2 premières nuits juste à côté du château (aujourd’hui palais présidentiel) situé en haut d’une colline avec une vue incroyable sur toute la ville et les collines verdoyantes qui la flanquent.
J’ai passé énormément de temps dans la ville tentant de négocier des restes, avec très peu de succès. Puis tout s’est débloqué vendredi soir où deux boulangeries sandwicheries ont accepté de me donner une partie des restes, et il n’y en a pas qu’un peu… Je suis ressorti, de chacune d’ elle, avec un sac plein. Si une équipe a bien voulu prendre une photo, l’autre m’a expliqué que les règles étaient très strictes, qu’il n’avait pas le droit de donner et préférait éviter la photo.
Les 2 autres nuits j’ai rejoint une petite communauté, à 20 km du centre ville, cachée dans la forêt. Cela a été très compliqué pour l’atteindre avec mon vélo. Le sentier était très étroit, sur une hauteur, entrecoupé de racines d’arbre, avec un ruisseau en dessous: mon vélo si lourd a bien failli glisser plus d’une fois. J’étais bien content, une fois arrivé, de trouver Bara qui me fit visiter: on prend son bain dans le ruisseau et la pièce principale est sur de la terre battue, sous un pommier. Devoir refaire le même chemin la nuit, après avoir collecté des restes m’a pris encore plus de temps, heureusement le vélo n’avait plus qu’une sacoche.
Vivre ici est extraordinaire mais il n’y a pas vraiment de réseaux et j’ai juste mon téléphone pour actualiser ce blog, contacter les futurs hôtes et écoles…
DCIM101GOPRO
DCIM101GOPRODCIM101GOPRODCIM101GOPRODCIM101GOPRODCIM101GOPRO

5 réponses

  1. laurence G
    |

    C est Alice au pays des merveilles ton histoire…..contente de te savoir toujours en route vers ton objectif final. Bises rochelaises.

  2. Solis
    |

    Merci pour ce nouveau récit. Quel dommage de ne pas voir des photos ! J’aurais été très content de découvrir la petite communauté !
    Fais gaffe à toi !
    Amitiés,
    Christophe

  3. Peter
    |

    Super de participer à ton voyage par le net interposé :
    Voila près de deux mois que nous guettons de jour en jour le message qui nous renseigne sur ta progression, sur les rencontres de tes hôtes, sur ceux qui t’encouragent.

    Aujourd’hui, nous regardons le millier de kilomètres qui te sépare de Warscawa et nous te souhaitons le succès que tu mérites pour le parcourir.
    Nous ne perdons pas de vue ton objectif de sensibilisation à la lutte contre le gaspillage pour le mieux vivre des plus humbles.

    – Vas y Baptiste !!!

  4. Thomas
    |

    Quand le green-washing peut avoir quelques effets bénéfiques contre le gaspillage alimentaire,voir l’article suivant:
    http://www.slate.fr/story/88433/campagne-intermarche-fruits-et-legumes-moches

    La communication et la pédagogie c’est le début du changement. Bonne continuation et bonne route (moi je suis rentré).
    Bisous

  5. Classe CE
    |

    On vous souhaite encore plein de courage. Nous aussi on est en CE2. Cette classe a eu beaucoup de chance. On a aussi un compost mais pas de poules à l’école !
    Bonne route.

Répondre