Francfort – Wuzburg

with 2 commentaires

DCIM101GOPROJe ne suis resté qu’un jour à Francfort et suis parti à Darmstard le second. Stéphanie, qui fait partie de l’organisation food sharing en Allemagne, m’a invité à découvrir comment cela fonctionnait, elle m’a aussi hébergé.

Le concept de food sharing est simple: partager et non gaspiller. Si quelqu’un a de la nourriture en trop, s’ il s’ absente de chez lui, ou si un commerçant a des invendus, les aliments en trop sont proposés en ligne et collectés par les intéressés.DCIM101GOPRO

DCIM101GOPRO
Réfrigérateur partagé
DSC02982
Wurzburg

Nous sommes donc allés collecter tous les invendus d’une boulangerie et j’ai pu voir les gens qui venaient les uns derrière les autres chez Stéphanie pour repartir avec quelques croissants ou gâteaux. Des supermarchés acceptent de se livrer au même type de collectes et les invendus ou aliments non « conformes » à la vente sont redistribués de la même manière.
Nous avons fait un petit tour dans la ville où des frigos sont à disposition de tout le monde, on y met ou prend la nourriture que l’on veut, il y a des cultures de légumes dans les parcs publics, et une « bibliotheque » ouverte (on y dépose et prend les livres que l’on veut pour aussi longtemps que l’on souhaite) le but étant d’essayer de déposer plus de bouquins que l’on en prend. Si la ville n’a pas inventé l’économie de fonctionnalité, les habitants en ont bien assimilé le concept et profitent des avantages.

Je suis ensuite parti sur la route de Wuzburg, je devais initialement y arriver en 3 étapes, mais faute d’avoir trouvé quelqu’un pour m’héberger, j’ai continué à pédaler et suis arrivé avec un jour d’avance. J’avais repéré un coin pour passer la nuit, à côté d’un pont comme il risquait de pleuvoir. Fabian, qui s’entraînait à l’escalade en grimpant sur les piliers du pont, est venu me parler, me demandant si j’étais actuellement en train de faire les 3000 km (comme indiqué sur mon T-shirt). Un quart d’heure plus tard, il m’a invité à dormir chez lui.
De sa maison, en hauteur, à cinq km de la ville, j’apercevrai par moment, à la lumière des éclairs, le château et les clochers de Wuzburg,  me disant que j’étais quand même mieux ici qu’au bord de la rivière.

La journée, (le lendemain) j’ai réussi à trouver quelques légumes au marché et une marchande a accepté de me donner ce qu’elle jetait. Après un très grand nombre de refus j’ ai finalement trouvé une boulangerie qui m´a donné du pain. En fin d’ après-midi, j’ai retrouvé Johannes, contacté sur WarmShowers, qui vit dans une cité universitaire.photo 1

Il n’avait jamais été récupérer de la nourriture dans les poubelles des supermarchés, et comme le samedi, il n’a pas cours, il a bien voulu m’ accompagner. Nous avons aussi rencontré un autre étudiant, Phillipe (dans la salle de musique de la cité universitaire) qui a voulu nous accompagner, par curiosité.
DSC02981

De minuit à 2h nous avons donc fait le tour des supermarchés, nous y avons trouvé des fruits et légumes de tous genres, des yaourts, du beurre, enfin de tout, sauf des oeufs. Du coup, je vais y retourner ce soir.

2 réponses

  1. laurence G
    |

    Félicitations Baptiste pour ton courage et ta détermination pour aller jusqu au bout de ton projet. Bises de la rochelle.

  2. François de Lux. (en bourg)
    |

    http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2014/06/spoiler-alert/361626/

    Un moyen permettant de savoir quand les aliments ne sont vraiment plus consommables avec des étiquettes qui changent de couleur.

Répondre