Arrivé à Bordeaux 1000km 10%

with Un commentaire

Vraiment désolé de tout ce temps passé sans donner de nouvelles sur le blog…
Je suis bien arrivé à Angers, juste après Tours. Je comptais faire une petite intervention dans mon ancien lycée, mais mes anciens professeurs n’avaient pas l’air si emballés. Par contre, j’ai fait une intervention à l’ADEME (ou j’ai failli arriver en retard après une petite gamelle sur le verglas) puis suis resté pour manger quelques restes et remplir mes boîtes avec ce qui restait en cuisine, c’était il y a 6 jours, et il me reste encore, aujourd’hui, des flageolets.IMG_0518
En sortant de l’ADEME, je prends un peu de temps pour discuter avec Antoine (Antoine Vervier, voir équipe), qui est un immense soutien pour le projet, à la fois pour la communication et aussi pour toute la partie concrète sur le gaspillage alimentaire. Je rencontre également Elizabeth Poncelet, qui reste la championne de triathlon ayant remporté le plus de titre en Europe (avec l’écharpe jaune).

IMG_0527

Je me mets en route vers 15h, depuis le départ, je n’ai jamais fini une étape de jour, et je suis forcé de constater que je roulerai à nouveau de nuit pour rejoindre Cholet. C’est dommage les paysages sont vraiment superbes, après avoir longé puis traversé la Loire, ce sont des collines de vignobles qui apparaissent devant moi, à perte de vue. Ce qui est dommage, c’est que je ne dois pas traîner alors pas de temps pour en profiter ou pour filmer.
La nuit tombe 2h après mon départ alors qu’il me reste encore plus de 2h de route, avant d’arriver à Cholet. Je commence à m’arrêter dans les boulangeries sur mon chemin car c’est l’heure de la fermeture. Une boulangère m’explique qu’ils ne gaspillent pas grand chose mais qu’elle accepte de me le donner (dans la vidéo, c’est à une table de cette boulangerie que j’attends), donc attendant la fermeture j’ en profite pour m’avancer sur le travail. Puis je me remets en route pour Cholet, et arrive chez Pauline vers 21h.
Je mets du temps à repartir le lendemain. Je fais une révision un peu plus poussée du vélo pour être sûr que tout va bien et pars sans avoir de point de chute précis pour le soir. J’envisage donc de faire 2 étapes en une. Le froid me contraint de faire des pauses au chaud, afin de redonner vie à mes oreilles. Je m’arrête parfois dans des restaurants et dans une agence immobilière (voir photo).

image
Le soir, une jeune femme Marion, me voit avec le vélo et m’invite à aller chez ses parents. Comme ils disent eux-mêmes, ils ont l’habitude de voir des « fous » et la mer ne leur est pas inconnue, alors il ne s’inquiètent pas trop. Par contre, ayant dit que j’avais froid, ils me donnent des grosses moufles de routard sibérien que je ne quitte plus.imageimage
Le lendemain je termine le chemin qui me sépare de La Rochelle.
A La Rochelle, mon ancienne école de commerce est plus intéressée par le projet que ne l’était mon lycée. J’ai donc passé ma journée à faire des interventions auprès de 4 groupes différents. On parle du gaspillage alimentaire mais aussi du schéma hors du commun du projet qui n’est ni une entreprise ni une association, mais qui reste pourtant un acteur économique qui propose des solutions à la société. Une alternative pour des étudiants qui préféreraient avoir une activité leur convenant parfaitement plutôt que d’accepter un poste uniquement pour avoir un travail qui payent des factures.

image

 

Durant mon étape à La Rochelle, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour le ravitaillement de fruits et légumes, mais il me reste quelques flageolets d’Angers que je mets dans un sandwich, et quelques bananes devenues toutes noires. imageJe passe par Royan, chez Thomas, un ami depuis les études (bientôt 10 ans) puis décide d’essayer de faire 2 étapes en une journée pour rallier Bordeaux. A 17h30, un panneau m’indique qu’il y a encore 60 km avant Bordeaux, la nuit tombe, et la température avec. Passé un certain temps, il me faut trouver à me mettre au chaud, j’ ai les pieds gelés. Il est 20h, un dimanche soir.

Je sonne et un chien aboie, des enfants regardent par la fenêtre et un homme ouvre la porte, un peu surpris. »Je suis désolé mais j’ai les pieds gelés, je vais jusqu’à Bordeaux, est-ce que je peux me réchauffer 5 min chez vous ». Très gentiment, ils me laissent renter chez eux, puis quand j’explique ce que je fais, la maman me dit avoir entendu parler du projet à la radio. Leur voisin est journaliste alors je réponds à ses questions et celles des enfants avant de me remettre en route. (Il y a une photo de la rencontre mais je devrais la recevoir par mal) Vers 23h30 j’arrive à Bordeaux, encore frigorifié, chez Lou et sa colloc (Lou est la fille des gens qui m’ont hébergé en Vendée).

image

Je repars mercredi de Bordeaux, après avoir fait le pleins de fruits et légumes, et être passé voir l’équipe de HelloAsso.

IMG_0665IMG_0664

 

Une réponse

  1. Classe CE
    |

    Bonjour Baptiste
    on est très content d’avoir de vos nouvelles par le blog. Avec la classe, on étudie votre parcours sur des cartes. Dans notre école on continue de faire des choses contre le gaspillage alimentaire avec notre petite pomme, le trophée que vous avez eu vous aussi . Vous êtes vraiment fort pour faire tous ces kilomètres ! Bravo pour votre défi !
    La classe de CE école Saint André Massiac (15)

Répondre